Nous soutenons l'occupation de l'église St-Laurent par le Collectif-R afin d'y constituer un refuge contre les renvois de requérant-e-s d'asile débouté.e.s. Stop aux renvois Dublin! Soutenez le refuge et signez le manifeste:

Le refuge


Refuge 2010-2011


Le 24 janvier 2011, nous avons été contraint-e-s de mettre fin au refuge que nous avions ouvert le 11 octobre 2010 pour protéger des personnes menacées de renvoi forcé et pour dénoncer la situation qui est faite aux migrant-e-s en Suisse. Après 100 jours de refuge, la hiérarchie des Eglises vaudoises nous a fait savoir qu'elle refusait de prolonger l'expérience. Il y a pour elle des personnes qui méritent d'être soutenues, et d'autres non. Nous refusons cette logique de distinction entre les gens, nous refusons de nous prêter à ce jeu de discrimination.
Le refuge qui était abrité par les Eglises est donc terminé. Nous aimerions remercier la paroisse de St-Esprit qui nous a accueilli aussi longtemps que possible.
A partir de lundi 31 janvier, les réunions du lundi soir 18h30 auront lieu à nouveau à la Maison de Quartier sous-gare, avenue Dapples 50, Lausanne.  


Archives:  
Revendications
Ce refuge n'est pas un simple lieu d'accueil, un abris pour des personnes fragilisées. C'est avant tout un espace politique, un lieu de lutte, pour sensibiliser la population à la situation que vivent les personnes déboutées de l'asile, et c'est le dernier espace qu'il reste demander une régularisation que leur refusent les autorités (régularisation qui est pourtant possible!!)

Nous demandons: 
L'entrée en matière sur la régularisation de toutes les personnes qui peuvent être régularisées;
Le retrait du régime de l'aide d'urgence et le retour à l'aide sociale (accordée aux requérants d'asile, aux personnes admises à titre provisoire et aux personnes à protéger) pour toutes les personnes déboutées (en vertu de l'art. 82 al. 2 Letr laissant cette possibilité au canton); 
Le droit au travail pour les personnes déboutées de l'asile (en vertu de l'art. 43 al. 3 Lasi); 
L'examen des dossiers par une commission multipartite, incluant divers acteurs de la société civile, dont des représentant-e-s de la Coordination Asile-Migration, afin de garantir une approche transparente et neutre; 
Un moratoire de six mois sur les renvois, afin que les dossiers des personnes concernées puissent être examinés en toute sécurité pour les mandant-e-s.

Tous nos textes et informations relatives au refuge sont disponible sur le blog, mention refuge.